• Home
  • |
  • Blog
  • |
  • Confort d’été, isolation thermique

J’ai une maison que je pense bien isolée et pourtant, lorsqu’il fait chaud l’été, elle est rapidement inconfortable. La température intérieure est élevée et il faut attendre une heure ou deux heures du matin pour se sentir mieux. La maison des voisins ne réagit pas ainsi. j’aimerais comprendre. Pourquoi de telles différences, y compris pour des constructions voisines, construites à la même période et répondant aux mêmes réglementations thermiques ? Peut-on améliorer toutes les situations ? 

Le confort d’été est lié à une température maximale à ne pas dépasser. Le soleil génère la montée en température. A cette époque, sa course dans le ciel est élevée. Il chauffe un peu la façade est le matin, le toit au moment des plus fortes chaleurs et la façade ouest le soir. A son lever, le soleil n’est pas très puissant et ne surchauffe donc pas. Au fil de sa montée vers son zénith, son point le plus haut, il chauffe de plus en plus. Dans cette phase, les rayons sont pointés directement sur le toit, c’est là le point le plus sensible. Le soir, sa force est encore grande et il éclaire directement la façade ouest, le second point sensible. 

Afin de disposer d’un très bon confort d’été, il faut veiller à l’architecture, organiser l’agencement des pièces et répartir les menuiseries en fonction de ces contraintes. Enfin, il faut gérer au mieux la pénétration des calories du fait du rayonnement solaire. Les menuiseries sont les éléments faibles pour les transferts par rayonnement, il est convient donc d’éviter d’en mettre sur les façades à risque (façade est : rayonnement modéré, menuiserie possible; façade ouest : rayonnement élevé, si possible, ne pas mettre de menuiseries; sur le toit : rayonnement maximal, menuiseries proscrites). Si malgré tout les menuiseries sont installées, il faut choisir des vitrages à faible émissivité et prévoir des occultations extérieures aux rayonnements solaires (avant-toit, pergola, store, pare-soleil, arbres à feuillage caduque afin de bénéficier du rayonnement l’hiver,…). 

Les parois sont perméables aux fuites de calories, il faut donc les isoler. Un isolant est souvent classé selon son lambda, il est certes important, cependant, d’autres caractéristiques moins connues ont elles aussi une grande influence. L’été, le déphasage prime (le temps que met une calorie pour traverser un élément). 

Comparons deux isolants de même épaisseur. L’isolant A a un déphasage de trois heures. Il fait chaud à partir de 10h donc, à 13h l’intérieur commence à se réchauffer. L’isolant B a un déphasage de 10h, l’intérieur ne se réchauffera donc qu’à partir de 20h. A ce moment-là, les températures extérieures baissent, il y fait rapidement plus frais qu’à l’intérieur. Attendu que le froid attire le chaud, les calories stockées dans la paroi vont s’évacuer et elle sera à nouveau opérationnelle. La limite à ce fonctionnement : une canicule. En effet, en l’absence de baisse de température la nuit, les calories ne s’évacuent pas. Les meilleurs déphasages se trouvent dans les isolants d’origine végétale. 

Si vous souhaitez construire, pensez à son orientation, à sa conception et au choix des isolants. Si vous souhaitez améliorer les performances d’une habitation déjà existante, les solutions se trouvent dans la mise en place d’isolants végétaux et de vitrages peu émissifs. 

J’espère vous avoir aider dans la compréhension du confort d’été et qu’ainsi, vous pourrez vous aussi disposer d’une maison confortable en toutes circonstances.

Si vous souhaitez en apprendre davantage, je vous invite à visionner ma vidéo  sur ce sujet et à consulter mon ouvrage « Maison écologique, construire ou rénover », édité chez Terre Vivante. Vous pouvez aussi télécharger mon ebook (gratuit) depuis mon blog : “Le confort”

Crédit photo : Pixabay : Simon Berger

Claude Lefrançois


Après 30 ans dans le bâtiment, ancien charpentier, ancien constructeur, ancien maître d’œuvre, formateur dans le bâtiment, expert en analyse des bâtis anciens avant travaux, auteur de nombreux articles et d’un livre “Maison écologique : construire ou rénover” aux Ed. Terre vivante, auteur de 2 ebooks disponibles sur mon blog, je suis désormais retraité. Je mets mon temps disponible et ma liberté d’expression à votre service : j’observe et j’analyse, au besoin je dénonce ou émet des idées. Bonne lecture.

Laissez-nous un commentaire !


Your email address will not be published. Required fields are marked

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Recevez librement  : "Questions fréquentes sur l'habitat ancien"

%d blogueurs aiment cette page :