• Home
  • |
  • Blog
  • |
  • Point sur 2020 et mes meilleurs vœux pour 2021
Meilleurs voeux 2021

Bonne et heureuse année, bonne santé et tout et tout…

Tradition, quand tu nous tiens !

Je m’étais dit que, cette année, j’y dérogerais et voilà que, le temps arrivé, j’y sacrifie tout de même… 

Faiblesse ? Non, simplement l’envie, au-delà de la coutume, sincèrement, de vous faire part de mon année 2020, de ce que j’ai retenu globalement de cette année écoulée et ce que j’espère que notre année 2021 sera, globalement pour la société bien sûr, mais surtout la nôtre, celle de notre communauté, convaincus de l’éco-rénovation et de l’écoconstruction.

Sur la photo de tête : une mésange charbonnière, même l’hiver, elle reste chez nous, obstinée, elle chante et nous dit, sans cesse “Ch’suis là, ch’suis là !”
Comme elle, je suis là, obstiné et j’espère que nous serons de plus en plus nombreux à dire “Ch’suis là, ch’suis là !” nous aussi.
Mon vœu sonore : cliquez ici, vous l’entendrez nous dire beaucoup de choses dont, en tout 1er, son “Ch’suis là, …”

Notre année 2020

Le moins que l’histoire en retiendra c’est que cette année ne fut pas ordinaire, divers évènements nous ont plus ou moins impactés. Quelques belles nouvelles malgré tout…

Année 2020 générale

Bien sûr, ce que les historiens retiendront en tout premier sera probablement la pandémie déclenchée par la COVID 19. Qui aurait pu imaginer mettre ainsi en sourdine, en quasi inactivité une grande partie de la planète, à l’exception de l’indispensable tels que les services de la santé, et ceux, au minimum nécessaire, pour l’approvisionnement en nourriture, la gestion des déchets, la sécurité et quelques autres pans de première nécessité.

Place du Tertre
Place du Tertre

Comment ne pas relever l’incroyable résilience de la nature avec la reconquête des espaces urbanisés par des espèces que nous ne pensions pas y revoir si rapidement… gageons qu’en cas d’abandon de ces espaces la vie s’y développerait rapidement.

Je pense qu’il nous faudra également retenir la toute aussi incroyable capacité des industriels de la santé pour mettre au point des vaccins en des temps records, ce qui prouve une fois de plus que, face à la reconnaissance d’une urgence, l’homme a de réelles capacités de réponses pertinentes.

Nous avons aussi fait le constat de ce que représentent les efforts qu’il va nous falloir produire pour respecter “le moins mal possible” les accords de Paris. En effet, malgré les mises en sommeil évoqués ci-avant, l’année 2020 sera tout juste dans l’alignement de ce qu’il nous faudrait faire, année après année, pour seulement limiter les impacts climatiques.

C’est malheureusement sur cette note que je conclue le cours de l’année 2020 au niveau de nos vies : encore des canicules, un envahissement de guêpes et frelons car l’hiver 2019/2020 n’a pas été assez froid, les crues incroyables dans le Sud de notre pays et ailleurs de par le monde, la sécheresse générale cet été, l’année 2020 la plus chaude jamais mesurée, ce malgré un évènement el Nina qui aurait dû plutôt la classer parmi la moyenne basse, cet “exploit” confirme une tendance générale : nous venons aussi de vivre la décennie la plus chaude des temps connus de mémoire humaine.

Bref, cette année sera probablement classée parmi les annus horribilis.

L’année 2020 que nous avons vécue ensemble

Pour ce qui concerne notre communauté, 2020 sera mieux classée dans les mémoires comme étant à la fois négative et positive.

Bien sûr nos activités dans le bâtiment ont eu à pâtir des confinements et couvre-feux, bien sûr beaucoup de chantiers ont pris du retard, bien sûr nombre de professionnels sont en difficulté, ayant pour certains “mangé” leur trésorerie ; ayant, pour d’autres suite à la perte de marchés ou aux difficultés nouvelles d’organisation du travail de leurs équipes, des contraintes logistiques très alourdies.

Cependant, pour tous ceux qui sont dans l’écoconstruction ou dans l’éco-rénovation, les évènements évoqués ci-avant mettent en évidence que leurs orientations sont les bonnes : il faut admettre que nous faisons, nous et nos habitats, partie de la vie, de la nature, nos maisons ne sont pas, ne devront pas être hors sol.

Bien sûr la prise de conscience est lente mais elle s’accélère, trop lentement certainement, mais inexorablement !

Tout ceci m’a incité à envisager de nouvelles activités, alors que j’avais programmé depuis quelque temps de lever le pied dans mes articles sur Build Green, ayant, avec plus de 150 articles, fait le tour de ce que je souhaitais porter à la connaissance de notre lectorat.

Merci à vous, mes lecteurs, de votre fidélité.

Un nouveau partenaire est entré dans ma vie, Geoffrey Gouverneur.

Très rapidement nous avons compris à quel point nos aspirations de vie étaient proches et… complémentaires.

Lui savait transmettre, organiser des formations, moi j’avais les connaissances et l’envie de franchir le cap de la formation. Dont acte, en avant, ENSEMBLE, pour de nouvelles aventures !

Parallèlement au lancement d’un cycle de visioconférences en direct, nous avons aussi lancé un blog, mon blog en matière de contenu, le travail de Geoffrey en ce qui concerne le support.

Les visioconférences

Confinement oblige, les réunions publiques, si propices aux échanges, ont été annulées.

J’ai compris dès le début du confinement que, pour certains, cette forme de rupture était pénible, alors j’ai imaginé les visioconférences thématiques avec des échanges sous forme de questions/réponses, bien sûr ça ne valait pas un contact physique, mais c’était déjà ça !

Je te remercie, Laurane Coornaert, pour ton aide plus que précieuse ; grâce à ton savoir-faire et ton calme, tu as permis la tenue de ces réunions hebdomadaires. D’autres compagnons de route, Stephen Mure puis Guillaume Lefrançois et Céline Dain, car Laurane, surchargée de travail, ne pouvait plus en assumer la charge. Merci à vous pour votre aide.

Merci également à vous mes partenaires annonceurs, Planète EnerJ, Gramitherm ainsi que, pendant quelque temps, Air Energie ; grâce à vous j’ai eu les moyens financiers de proposer ces rendez-vous.

Merci, à vous qui y êtes intervenus, Olivier Janson de Planète EnerJ, Dominique Rudler de Air Energie, Andréas Krewet et Emily Peterson et Laurane Coornaert qui, chacune, chacun, nous avez proposé des thèmes spécifiques. Le plus suivi (la terre crue, par laurane et Andréas) a réuni plus de 2500 personnes en direct, tous supports de diffusion compris ! Nous avons connu une fréquentation moyenne de 1200 à 1500 personnes en directs, soit via Youtube, soit via Facebook.

Merci également à vous, auditeurs, de nous avoir été fidèles… malgré les quelques “couacs” inévitables au direct.

Bien sûr, je n’oublie pas Karibati qui a de suite adhéré au projet, donnant une forme de légitimité à ces visioconférences. Je remercie tout particulièrement Yves Hustache qui, au nom de cet organisme, est lui aussi intervenu dans ce cycle en tant que présentateur.

Pour des raisons de temps et de facilités techniques, ces visioconférences sont devenues des conférences, c’est moins vivant mais aussi beaucoup moins chronophage. 

Je remercie à nouveau mes partenaires financiers de m’avoir suivi dans ce nouveau cycle, lequel a redynamisé ma chaîne Papy Claude. J’y totalise maintenant plus de 13 000 abonnés et, toutes vidéos confondues, j’atteins quotidiennement une moyenne entre 2500 et 3000 vues.

Merci à tous ceux qui viennent nourrir les commentaires, même si, parfois, la polémique l’emporte sur l’objectivité… c’est heureusement rare !

Année 2021

Globalement, la forme d’effondrement économique, sanitaire, politique, sociétal, d’organisation de productions centralisées dans certains pays avec des consommations qui, elles, par contre, sont planétaires, donc des circulations déraisonnables des biens et des personnes, donc la propagation accélérée des virus et autres parasites a permis une prise de conscience sur deux plans.

La première prise de conscience est qu’une telle organisation, avec ses excès et ses dérives, si préjudiciables aux plans consommation de ressources, pollutions, émission de gaz à effet de serre, non-respect d’une partie des acteurs du système (les plus obscurs, ceux qui, à la base, extraient, fabriquent et produisent…), ne peut pas continuer et que, forcément, il va nous falloir changer nos modes de consommation, de vie…

La deuxième prise de conscience est que, certes dans la douleur, nous avons accepté de vivre différemment, de nous déplacer moins, de nous réapproprier des productions de première nécessité. Certains sont allés jusqu’à en profiter pour revoir leur type d’existence, avec plus de télétravail, une forme de migration des villes vers les campagnes, une aspiration à devenir moins dépendants, plus autosuffisants…

L’année pour tous

Forts des constats précédents, tant de la nécessité de changer de paradigme général d’organisation sociétale et économique que de la prise de conscience que, si nous ne voulons pas que le nouveau paradigme nous soit imposé, nous suivons ou cherchons nous-mêmes d’autres pistes.

Peut-être évoluerons-nous en parallèle de l’ancien paradigme auquel certains s’accrocheront, cependant une partie de la société dont, à l’évidence, notre communauté fait partie, refusant de participer à la course folle contre le mur  et une fin probable si nous ne changeons rien, agit et agira positivement… 

A n’en pas douter, nous avons notre part de travail à accomplir pour aller dans ce sens. Nous devons montrer que d’autres modes de vie, de consommation, sont possibles, pas tristes, pas décadents, simplement différents, plus axés sur le respect des personnes, des biens, de la nature, bref, vers l’écologie, certes plus frugale, mais tellement plus durable.

Notre année, celle de notre communauté

Notre année, celle de ceux qui croient que l’abord de l’habitat doit évoluer vers plus de confort, plus de respect des occupants, plus de respect des bâtis, plus de respect envers les communautés, plus de respect envers l’environnement, s’annonce belle et… importante.

Elle sera grande de responsabilité… pas celle de convaincre, plus simplement celle de témoigner que d’autres pistes sont possibles, qu’elles sont porteuses d’espoir pour le futur, pour nos descendants et porteuse d’espoir pour nous, égoïstement, au plan salubrité, pérennité, confort, facilités et possibilités d’entretiens simples et accessibles facilement au plus grand nombre.

Jump
Jump !!

Nous aurons aussi la responsabilité de démontrer que les pistes sont nombreuses, aussi bien dans l’individuel que dans le collectif.

Pour ce faire, Geoffrey et moi-même, accompagnés de quelques autres, nous continuerons à vous proposer des supports présentant, décortiquant les pistes qui nous semblent efficientes, pertinentes.

Nous proposons une formation à l’habitologie, cette future fonction déjà présentée ici. Nous avons lancé un premier groupe dit “groupe pilote”, en vue de peaufiner cette offre.

Elle sera suivie d’une nouvelle offre dès le printemps, laquelle bénéficiera des apports du groupe pilote car décalée de quelques mois.

Nous sommes ambitieux et nous espérons, fin 2021, un groupe de plus de cent habitologues répartis sur l’ensemble du territoire. Ceci permettra à tout particulier souhaitant en consulter un de disposer de cette possibilité à une distance acceptable.

Afin que ces habitologues puissent être facilement identifiables et joignables, nous lancerons dès que possible un annuaire avec leurs coordonnées.

Le nombre de cent habitologues sur le territoire n’est pas une fin en soi et, pour étoffer cette communauté naissante des habitologues, d’autres sessions de formation suivront.

La fonction d’habitologue n’étant pas figée, nous proposerons rapidement d’autres formations, lesquelles seront plus dédiées à des spécialisations, soit locales, soit d’orientation vers certains types d’habitat, soit plus d’organisation sociétale…

Conclusion

Comme vous pouvez le voir, si l’année 2020 n’a pas été pour nous une annus horribilis mais l’année révélatrice de tous les maux que nous subodorions depuis longtemps, 2021 sera, pour nous et notre communauté, l’année du début de notre participation à ce nouveau paradigme que nous appelons de nos vœux : un habitat sain, pour un esprit sain dans un corps sain, le tout s’inscrivant dans le respect du vivant… actuel et futur.

Nous espérons répondre à vos aspirations et vous compter toujours plus nombreux au sein de cette communauté naissante (vous êtes d’ores et déjà plus de 2700 inscrits à la newsletter ‘Soigner l’habitat” et plus de 1300 à la newsletter du blog de Geoffrey “Maisons et villages verts”).

En mon nom, au nom de Geoffrey, je vous souhaite le meilleur pour cette année nouvelle.

Crédits : Merci à Martin Vorel,  GAIMARD, Free-Photos (Pixabay) pour les photos et Bruno Chambrelent pour la vidéo,

Claude Lefrançois


Après 30 ans dans le bâtiment, ancien charpentier, ancien constructeur, ancien maître d’œuvre, formateur dans le bâtiment, expert en analyse des bâtis anciens avant travaux, auteur de nombreux articles et d’un livre “Maison écologique : construire ou rénover” aux Ed. Terre vivante, auteur de 2 ebooks disponibles sur mon blog, je suis désormais retraité. Je mets mon temps disponible et ma liberté d’expression à votre service : j’observe et j’analyse, au besoin je dénonce ou émet des idées. Bonne lecture.

Laissez-nous un commentaire !


Your email address will not be published. Required fields are marked

  1. Bonjour et meilleurs voeux
    Je n ai pas reçu. De retour pour la formation habitologue pour la prise en charge pouvez vous m’informer s il vous plais
    Dénis 0651831206

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Recevez librement l'ebook : "Le confort"

%d blogueurs aiment cette page :