• Home
  • |
  • Blog
  • |
  • Isolant…jusqu’où aller raisonnablement ?

Isoler, c’est limiter les fuites. Ces fuites dépendent du lambda et de l’épaisseur de l’isolant. Seulement, le lambda n’est pas immuablement stable. Son instabilité est causée par l’orientation des fibres, le taux d’humidité de l’isolant, sa température et sa vétusté.

Comment détermine t-on l’épaisseur d’un isolant ?

Nous visons à atteindre une valeur cible, prédéterminée. Cette cible est la valeur R (Résistance thermique). L’épaisseur divisée par le lambda nous donne ce R. Pour connaître l’épaisseur que l’on va devoir mettre en œuvre, si on connaît la valeur cible R, on la divise par le lambda de l’isolant.

Les gains réels d’efficacité

Action réelle de chaque cm d’isolant

Tout d’abord, nous voyons que les 15 premiers centimètres permettent de traiter 75% des fuites, alors que passer de 25 centimètres à 40 centimètres ne permet que d’en traiter moins de 10%.

Ensuite, nous voyons que la première unité de R permet de gagner 28.36% tandis que la dernière unité permet d’économiser 1.41% des fuites d’origine.

Est-il pertinent d’agir ainsi ?

Non ! Nous consommons inutilement des ressources et de l’énergie. Ces surépaisseurs émettent probablement davantage de gaz à effet de serre, du fait de la production de cet isolant et de sa mise en œuvre, que ce que ça va permettre d’économiser du fait du moindre consommation.

Pour être pertinent, il faut cesser cette course au R et à l’épaisseur et miser sur les autres qualités des isolants : la chaleur spécifique, la densité et les capacités de sorption et désorption. Nous devons adapter nos actions en fonction de nos besoins, limiter les interventions sur les murs, cesser de se couper des apports du sol et se concentrer sur le toit.

Limiter les interventions dans les murs

Les murs anciens ont des forts apports de thermie par eux-mêmes. Ils bénéficient donc de l’ensemble des matériaux mis en œuvre. Pour ces murs, un R de1,5 à 2,5 est suffisant. La gestion de l’eau doit être prise en considération, les remontées capillaires pouvant y être très importantes.

Les murs récents ont moins d’apports par eux-mêmes (ils sont donc moins épais). Le R doit être limité à 2.5. Avec ces murs, il faut veiller aux apports en inertie et en diffusivité.

Cesser de se couper des apports du sol

Le sol naturel, hors influence des températures extérieures, est à environ 12°C à 13°C. L’été, le froid attirant le chaud, il limite le ΔT avec l’excès de chaleur extérieure. L’hiver, du fait qu’on à déjà une température de 12°C, il limite le besoin en apport de calorie. Ainsi, il est préférable d’éviter d’isoler inutilement sous les dalles en contact avec le sol et se limiter à une isolation dans le cas d’un chauffage en basse température en dalle.

Le toit

Le jour, l’été, il est exposé directement au rayonnement solaire. L’été et l’hiver, la nuit, il est exposé aux effets radiatifs du cosmos. Le froid attirant le chaud, le cosmos étant très froid, énormément de calories vont fuir par le toit, par radiation. Il faut miser sur la chaleur spécifique et la densité de mise en œuvre et s’appuyer sur les capacités qui en découlent : la diffusivité (capacité de stockage) et le déphasage (capacité de ralentissement). Après avoir judicieusement choisi son isolant, il faut miser sur un R de 6 (réduction de plus de 80% des pertes).

Les isolants d’origine végétale apportent les meilleures performances globales.

 Si vous souhaitez en apprendre davantage, je vous invite à visionner ma vidéo  sur ce sujet et à consulter mes ouvrages « Maison écologique, construire ou rénover » ainsi que celui traitant du confort “Les clés du confort thermique écologique”, édités chez Terre Vivante. Vous pouvez aussi télécharger mon ebook (gratuit) depuis mon blog : « Le confort »

Crédit photo : couverture : Pixabay

Claude Lefrançois


Après 30 ans dans le bâtiment, ancien charpentier, ancien constructeur, ancien maître d’œuvre, formateur dans le bâtiment, expert en analyse des bâtis anciens avant travaux, auteur de nombreux articles et d’un livre “Maison écologique : construire ou rénover” aux Ed. Terre vivante, auteur de 2 ebooks disponibles sur mon blog, je suis désormais retraité.
Je mets mon temps disponible et ma liberté d’expression à votre service : j’observe et j’analyse, au besoin je dénonce ou émet des idées.
Bonne lecture.

Laissez-nous un commentaire !


Your email address will not be published. Required fields are marked

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
%d blogueurs aiment cette page :