• Home
  • |
  • Blog
  • |
  • Isolation thermique, chaleur spécifique et densité de mise en oeuvre

Dans ma précédente vidéo, je vous expliquais le paradigme actuel auquel nous sommes confrontés. En effet, on nous incite à isoler toujours davantage, et isoler c’est tenter de limiter les fuites de calories. Ces calculs se basent sur le lambda, et sur l’épaisseur de mise en œuvre de l’isolant. Or, pour rappel, le lambda n’est pas stable. Son instabilité dépend de l’orientation des fibres, de la température de l’isolant, de son taux d’humidité et de sa vétusté. Seul, le lambda ne permet pas d’influencer un ralentissement du flux des calories, ni la captation, ni le stockage des calories. Le ralentissement du flux des calories est pourtant déterminant pour le confort.

Eté comme hiver, notre isolant doit être performant, mais quelles qualités doit-il posséder en priorité ?

L’hiver

En hiver, l’influence est liée à la diffusivité. Comment fonctionne t-elle ? La diffusivité caractérise la vitesse de transfert et le stockage de la chaleur dans la matière; elle dépend de la conductivité du matériau (λ) et de sa capacité à accumuler la chaleur, donc de sa capacité calorifique et de son lambda. Cette diffusivité aide une partie de la paroi à être plus chaude puisqu’elle permet de stocker des calories. De ce fait, elle contribue à la stabilisation de la température ambiante. Le parement intérieur monte ainsi en température et l’intensité du rayonnement vers l’intérieur augmente. La stabilité de la température et le niveau de rayonnement sont, avec l’humidité relative, des qualités importantes pour les ressentis de confort.

L’été

L’été, le soleil darde sur le toit. L’isolant doit pouvoir arrêter toutes ces calories avant qu’elles ne pénètrent à l’intérieur de l’habitat. En ralentissant le flux de la chaleur d’une paroi à l’autre, on retarde l’arrivée de la chaleur dans la maison. La température montera donc moins. Les calories sont stockées dans le toit, mais, la nuit, privée de rayonnement solaire, la température chute à l’extérieur. Ces calories vont ressortir de l’isolant, ce qui va lui permettre d’être froid le matin, permettant à nouveau le stockage des calories dans la journée. On appelle ce phénomène le déphasage (vidéo). Il caractérise la capacité de transfert de la chaleur dans la matière, et dépend de la conductivité du matériau, de sa capacité à accumuler de la chaleur et de la période d’oscillation de la température, ici, 24 heures. 

Miser sur le déphasage, la chaleur spécifique et la densité de mise en oeuvre

Le ralentissement du flux de calories et la captation et le stockage des calories dépendent donc à la fois de la diffusivité et du déphasage. Le déphasage dépend du lambda, de la chaleur spécifique, de la densité de mise en œuvre, de l’épaisseur de mise en œuvre et de la période d’oscillation des températures. 

A partir du moment où l’on tient compte du lambda seul, et d’une cible prédéterminée qu’est un R conventionnel, on va avoir une moindre épaisseur de mise en œuvre si le matériau a un excellent lambda. En revanche, si le lambda présente une défaillance, il faut compenser par la chaleur spécifique et la densité de mise en œuvre. Plus elles seront élevées et plus leurs influences seront grandes. Si l’on se base sur la totalité de ce qui doit être pris en compte, les matériaux isolants disposant des chaleurs spécifiques les plus élevées sont ceux d’origine végétale.

Si vous souhaitez en apprendre davantage, je vous invite à visionner ma vidéo  sur ce sujet et à consulter mon ouvrage « Maison écologique, construire ou rénover », édité chez Terre Vivante. Vous pouvez aussi télécharger mon ebook (gratuit) depuis mon blog : “Le confort”

Claude Lefrançois


Après 30 ans dans le bâtiment, ancien charpentier, ancien constructeur, ancien maître d’œuvre, formateur dans le bâtiment, expert en analyse des bâtis anciens avant travaux, auteur de nombreux articles et d’un livre “Maison écologique : construire ou rénover” aux Ed. Terre vivante, auteur de 2 ebooks disponibles sur mon blog, je suis désormais retraité. Je mets mon temps disponible et ma liberté d’expression à votre service : j’observe et j’analyse, au besoin je dénonce ou émet des idées. Bonne lecture.

Laissez-nous un commentaire !


Your email address will not be published. Required fields are marked

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Recevez librement l'ebook : "Le confort"

%d blogueurs aiment cette page :